L’armée croit inventer l’eau tiède

Comme chacun sait, ou pas, le DEVA ou projet de développement de l’armée entrera en  vigueur en 2018. Le nom même dudit projet peut susciter des inquiétudes légitimes, étant donné que ce qui se développe bouge constamment et que, justement, l’armée suisse aurait besoin d’un peu de stabilité. Il faut s’attendre à court ou moyen terme à un projet d’évolution de l’armée qu’on pourra baptiser EVA.

En attendant, d’après un rapport du Conseil fédéral, DEVA va apporter quelques améliorations à la situation actuelle: on va augmenter l’attractivité de l’armée en mettant à profit de manière optimale le potentiel des recrues. On va mettre en place un recrutement moderne permettant aux personnes astreintes d’utiliser leurs compétences civiles au service et d’améliorer la compatibilité entre service militaire et carrière civile. En outre, on s’avise que l’instruction doit être attrayante à tous les échelons, y compris dans les cours de répétition.

Vaste programme, dont on ne nous dit pas comment il va être mis en œuvre. La seule chose qui y manque est l’initiation au sens du devoir et de la discipline. Mais on ne peut pas être partout.

Quoi qu’il en soit, il est intéressant de lire que, actuellement, l’armée n’utilise pas de manière optimale le potentiel des recrues – et des soldats, par conséquent – et que l’instruction n’est pas attrayante.

Ayant deux petits-fils en âge de servir, je le savais déjà, mais une confirmation ne nuit pas. (mp)

Thèmes associés: Armée - Politique fédérale

Cet article a été vu 350 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions