L’avis de Samantha Cougnard

Monsieur le Rédacteur responsable,

Comme je n’ai pas grand-chose à faire aujourd’hui, j’ai pensé qu’il serait bon pour le monde que je vous fasse bénéficier, vous et vos quelques lecteurs, de ma lumineuse clairvoyance.

J’ai appris en regardant sur internet que vous viviez en Espagne et que donc vous devez être au courant que la planète court à sa perte, parce que vous avez dû avoir drôlement chaud dans votre pays ces derniers mois. D’ailleurs, c’est vachement étonnant que vous viviez dans un pays étranger et dirigiez une feuille de chou d’extrême droite, nationaliste1, conservatrice, rétrograde et nauséabonde. Mais bon, trêve de digression, revenons à mes moutons. Vous devez moins rigoler maintenant qu’on va tous mourir à cause de la chaleur, mais vous ne faites sûrement rien pour éviter le désastre. Sachez qu’il y a plein de petites choses que vous pouvez faire, vous les gens qui n’êtes pas des militants pour la planète, mais qui peuvent nous aider, nous les sauveurs du monde, à empêcher la fonte des pôles et l’engloutissement des côtes sous les eaux.

Déjà, il faut recycler le plastique, le verre, l’aluminium, le papier, les piles et le compost. Il faut aller à pied au travail si c’est à moins de 5 km, acheter une voiture, ou mieux, un vélo électrique, ou mieux, un vélo normal. Il faut arrêter de manger de la viande, ne plus prendre l’avion ni les autocars ni les bateaux. C’est vrai qu’ensuite pour découvrir le monde et s’enrichir d’autres cultures mieux que la nôtre, ça va prendre plus de temps, genre pour aller au Zimbabwe à pied, mais c’est comme ça, il faudra le faire.

En fait l’idéal ça serait de revenir en arrière et vivre de manière plus saine, en retrouvant le lien avec la terre et la nature, un peu comme à l’époque de nos arrière-grands-parents, voilà, ça, ce serait un grand pas en avant, aller plus loin dans le retour en arrière. Faut que je la retienne celle-là, elle est pas mal comme slogan pour la prochaine manif, ça sent le signal fort.

Bon, il faut bien sûr pas exagérer, parce que vivre comme il y a un siècle ou deux, ça impliquerait de se chauffer au bois, et quand on est beaucoup, c’est pas top super génial pour l’effet de serre et pour la déforestation. Alors le mieux c’est de faire tout électrique, vu que ça dégage pas de CO2. Sauf qu’il faut de l’électricité produite par photovoltaïque ou éolien, et pour arriver à faire marcher tous nos appareils, il va falloir investir pas mal. En attendant, on peut utiliser les centrales nucléaires, mais pas trop longtemps, vu qu’on s’est mis une limite à 2050 pour toutes les éteindre après Fukushima, et que le nucléaire c’est pas bien en fait, mais bon, il faut faire des choix.

Ah oui un autre truc que je voulais vous dire, peut-être que ça aidera à faire le buzz. Avec les copines, les copains et les non-définis de Migration et Climat, on va aller jeter de la purée de carottes sur les tableaux du Musée des Beaux-Arts pour protester contre l’Apocalypse climatique. J’ai pas trop compris pourquoi on fait ça concrètement, mais il paraît que ça marche très fort dans les grandes villes.

Voilà, j’espère que je vous ai aidé à devenir meilleur, ce qui n’est pas difficile, et que vos lecteurs vont comprendre à quel point vous êtes nul avec vos articles qui remettent en question le noble combat de l’écologie au pouvoir. Si tout se passe comme j’espère, dans pas longtemps, il y aura des lois pour obliger les gens à se laver à l’eau froide, à ne pas utiliser la lumière et le chauffage en dehors des horaires établis par le STASI (Syndicat Transversal Antifasciste Sympathique et Inclusif), qui les obligera à acheter des véhicules électriques, à manger végan et à voter à gauche. Le monde sera bientôt merveilleux.

Samantha Cougnard

 

1 Ndlr: Mademoiselle Cougnard a voulu dire fédéraliste, sans doute.

Thèmes associés: Environnement

Cet article a été vu 111 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions