Procréation égalitaire

Le 13 septembre 2022, le Conseil des Etats, s’alignant sur le Conseil national, décidait à une faible majorité de vingt-deux voix contre vingt qu’il convenait d’autoriser le don d’ovules, comme est autorisé le don de sperme, en cas de procréation assistée. Cette égalité de traitement devait permettre aux femmes stériles de devenir mères sans devoir se rendre, pour ce faire, à l’étranger.

«Le texte est ciblé», expliquait un communiqué de l’Agence télégraphique suisse1. «Seuls les couples, dont les femmes sont infertiles, pourront avoir accès aux dons d’ovules.»

A partir du moment où le principe de la procréation assistée est admis, on ne voit pas pourquoi, en effet, les dons de sperme et d’ovules ne devraient pas être mis sur pied d’égalité.

Mais alors, pourquoi limiter le don d’ovules aux seuls couples dont les femmes sont infertiles, c’est-à-dire aux seuls couples hétérosexuels? Le mariage pour tous n’est-il pas entré en vigueur le 1er juillet 2022?

Heureusement, les défenseurs du progrès procréateur veillent. On apprenait donc à la mi-janvier que la Commission nationale d’éthique (CNE) réclame la légalisation du don d’ovules pour les couples lesbiens – il s’agit évidemment de couples dont les deux partenaires sont stériles, sinon le don de sperme suffirait – et les femmes célibataires qui ne peuvent avoir d’enfant2.

Là, j’avoue que je suis un peu éberluée: pour avoir des enfants, ces femmes devront recevoir le sperme et les ovules de parfaits étrangers, mettront donc au monde des inconnus, ne seront guère autre chose que des mères porteuses et n’auront même pas la satisfaction de transmettre leurs précieux gènes à la postérité. La grossesse comportant parfois des moments pénibles, ne feraient-elles pas mieux de recourir à l’adoption?

La CNE étant, paraît-il, composée d’«experts», de surcroît indépendants – défense de rire! –, il est plus que probable que le Parlement lui donnera raison à brève échéance, pour des raisons hautement éthiques, bien entendu.

Après cela, je ne vois pas très bien comment on pourra refuser aux couples homosexuels masculins le droit de recourir à la gestation pour autrui, la fameuse GPA.

Bien joué!

M. P.

 

1 https://www.parlament.ch/fr/services/news/Pages/2022/20220913104919239194158159038_bsf087.aspx.

2 https://www.20min.ch/fr/story/don-dovules-recommande-pour-les-femmes-celibataires-aussi-117496179153.

Thèmes associés: Egalité, discriminations - Ethique - Politique fédérale

Cet article a été vu 134 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions