Lettre ouverte à Madame Riniker, conseillère nationale PLR

Bonjour Madame.

Citoyen ordinaire ayant, il est vrai, accompli près de 1500 jours de service, je suis un libre penseur et, mis à part mon engagement pour l’armée suisse, ne suis membre d’aucun parti politique. Je suis le père de deux enfants qui ont tous les deux accompli leur devoir civique en accomplissant leurs obligations militaires.

Je suis chef d’entreprise dans le domaine de la sûreté et de la sécurité en aviation.

Vous avez pris position dans l’affaire ukrainienne en annonçant, manifestement au nom de votre parti politique, être favorable à la cession des chars Léopard 2 que la Suisse possède pour son armée.

Au-delà du fait que vous violez, ouvertement, la notion de neutralité, qui est pourtant inscrite dans la constitution fédérale (article 173), vous semblez, probablement par émotion, je n’oserais dire par sottise, encourager le fait de guerre. Il est certainement malheureux de vivre cette terrible guerre d’Ukraine et j’en conviens tout à fait. Il est tout aussi malheureux, voire coupable, d’ignorer la sécurité de notre pays et d’avoir une si courte vue, vous la politicienne, qui devriez plutôt prévoir et avoir une vision du futur.

Etes-vous donc si ignorante de ce qui se passe en Europe, du fait que les arsenaux des pays si généreux sont vides, que leurs capacités de défense ont été réduites à néant par une incurie de gouvernants aveuglés par la paix pour 1000 ans et un futur rose-bonbon? Un vide qui ne tarderait d’ailleurs pas à être comblé. Dans cette situation, la Suisse doit garder sa maigre capacité de défense. Il faut cesser de s’imaginer que la belliqueuse OTAN (qui n'a cessé de mener des guerres d’agression) viendrait à notre secours.

Savez-vous vraiment ce que notre pays pourrait faire avec son armée pour protéger sa population en cas de malheur? Les deux petites brigades mécanisées (la troisième est vide!) auraient pour mission d’assurer la défense de tout notre territoire et ne pourraient rien faire face à une attaque de l’étranger ou même en cas d’action terroriste à large échelle sur notre territoire. Le savez-vous, Madame la Conseillère nationale?

Alors, voyez-vous, remettre des chars Léopard, quelle que soit leur aptitude à la guerre, est un pas de plus dans le démantèlement de notre petite armée, dont même votre parti n’a cessé de rogner les ailes. Servez-vous la politique de notre gauche socialiste et verte?

Madame, informez-vous s’il vous plaît, lisez Thucydide, ayez une vision des risques. Ayez le courage de revenir à ce que la Suisse a fait de mieux au XXe siècle, proposer ses bons offices, chercher le plus possible à promouvoir la paix, à mener une diplomatie efficace, et cessez d’encourager les gens à se taper sur la figure pour le bonheur caché de pays qui ont, eux, une vision de ce qui va finir par se passer. Rappelez cela, s’il vous plaît, à votre camarade de parti, Ignazio Cassis!

Faudra-t-il comprendre, Madame la Conseillère Nationale, que le PLR dont vous semblez mener la destinée est devenu un parti de gauche, copain comme cochon avec les partis socialiste et vert?

J’espère de votre part une réponse à mon interpellation, qui est, je l’admets volontiers, rude et sans ambages. Je crois que la situation m’y oblige.

Au contraire, si vous l’ignorez, ce que je pourrais imaginer, tellement votre initiative est malheureuse et doit vous absorber, je ferai paraître ma lettre publiquement.

Il est temps que l’on sache qui dit et fait quoi!

Avec mes cordiales salutations.

François Villard

Thèmes associés: Armée - Politique fédérale - Politique internationale

Cet article a été vu 657 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions