Les armes sismiques existent-elles?

En Suisse, des chercheurs viennent de publier une étude démontrant que des tremblements de terre pourraient causer des dégâts matériels et humains considérables, surtout dans les zones urbaines. Ces conclusions scientifiques corroborent assez largement celles auxquelles n’importe qui peut parvenir en consultant pendant quelques instants les vidéos terribles qui circulent sur Instagram, montrant, dans le sud-est de la Turquie, des immeubles de toutes tailles et de tous âges s’effondrant sur eux-mêmes et sur les autres, les uns après les autres et dans des nuages de poussière, ne laissant que d’immenses montagnes de décombres.

Le 4 mars dernier, le blogueur français Idriss Aberkane a publié sur Youtube1 une vidéo au titre accrocheur, «Les armes sismiques existent-elles?», qu’il a apparemment modifié ensuite par une formule plus neutre: «Comment analyser la situation en Turquie et en Syrie?» Idriss Aberkane est catalogué comme complotiste depuis la crise du Covid, ce qui nous le rend a priori plutôt sympathique. Sur Wikipedia, il est accusé d’avoir quelque peu gonflé son curriculum vitae et de s’exprimer sur des matières scientifiques qu’il ne maîtrise pas; ces accusations, si elles sont fondées, le ramènent peu ou prou au même niveau que beaucoup d’autres scientifiques. Lorsqu’on l’écoute, on devine chez lui une vive intelligence, ce qui n’est pas pour nous déplaire, mais aussi une grande assurance et une envie de dominer intellectuellement son auditoire, ce qui nous incite à la prudence.

Dans la vidéo en question, M. Aberkane commence par rappeler que la notion de complotisme est souvent utilisée pour décrédibiliser certaines thèses qui se révèlent ensuite véridiques, ou tout au moins défendables – par exemple l’origine potentiellement humaine du coronavirus. Il a raison, mais il aurait aussi pu ajouter que toutes les thèses «complotistes» ne se vérifient pas pour autant et que certaines d’entre elles restent encore et toujours invraisemblables; il faut faire travailler son intelligence pour distinguer les théories intéressantes de celles qui ne le sont pas.

M. Aberkane évoque ensuite une thèse qui nous était inconnue jusque-là: des personnes se demandent si le tremblement de terre qui a dévasté en février des régions de la Turquie et de la Syrie pourrait avoir une origine humaine. Le maire d’Ankara, mais aussi une députée roumaine, auraient accusé les Etats-Unis d’utiliser des armes sismiques. Tout le message d’Idriss Aberkane tourne autour de l’idée qu’il ne faut pas s’interdire d’envisager une telle théorie par peur de passer pour complotiste. Il se refuse à affirmer que cette théorie est juste ou fausse et se contente de déclarer que l’utilisation d’armes sismiques est possible – en rappelant certains programmes de recherche aussi fous qu’inquiétants que des agences américaines ou autres ont tenté de développer au cours de l’histoire. Et de conclure: Ne laissez jamais personne enfermer votre esprit ou confiner votre pensée!

Cette conclusion est la sagesse même. Mais M. Aberkane devrait savoir qu’il y a, parmi les gens qui l’écoutent et qui s’intéressent aux thèses «complotistes», des personnes qui se sentent tellement grisées à l’idée de dévoiler un complot qu’elles refusent inconsciemment d’envisager la possibilité qu’il n’y ait, parfois, aucun complot. C’est précisément une forme de confinement de la pensée. On a le droit de s’intéresser aux théories à contre-courant, surtout quand elles sont critiquées par l’officialité mainstream; mais l’objectif doit être de connaître la vérité, peu importe qu’elle se trouve du côté des complotistes ou de celui de l’officialité mainstream. Il y a des situations où les choses ne sont pas ce qu’elles semblent être, mais aussi d’autres où elles sont réellement ce qu’elles semblent être.

En l’occurrence, la vidéo de M. Aberkane soulève une question intéressante, mais elle ne va pas au fond des choses et nous laisse sur notre faim. Nous ne doutons pas de la perversité des Américains, ni de leur aptitude à développer des armes répugnantes, ni de leur animosité à l’égard d’une Turquie menant une politique trop indépendante. Mais il nous semble peu vraisemblable qu’ils aient réussi à développer, puis à mettre en fonction, sans que personne ne vende la mèche, une arme capable de déclencher une secousse sismique de grande amplitude, non à l’échelle d’une ville ou d’une petite région, mais sur plusieurs provinces totalisant plus de 100'000 kilomètres carrés. Il nous semble aussi peu vraisemblable qu’ils aient privilégié une solution aussi complexe, alors qu’il en existe d’autres plus simples. Que les révolutions de couleur soient téléguidées par Washington ne fait guère de doute. Pour les tremblements de terre, ça reste à démontrer.

Pollux

 

1 https://www.youtube.com/watch?v=kR9HRYhm4Ys

Thèmes associés: Notes de lecture - Politique internationale

Cet article a été vu 915 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions