Valérie Dittli dans le viseur de la gauche

La jeune conseillère d’Etat vaudoise est dans la ligne de mire de la presse et de la gauche. Elue en avril 2022, à la surprise générale, la sienne incluse, la Zougoise de 30 ans, qui a fait perdre un siège au parti socialiste, se retrouve au centre d’une polémique aux proportions dantesques à propos de ses changements de domiciles fiscaux entre Lausanne et Zoug.

Interviewée à la radio dans l’émission «Drôle d’époque» et à la télévision dans l’émission «Forum», la jeune femme explique que ses mouvements sont simplement dus aux circonstances de sa vie privée. Malgré l’insistance agressive des journalistes qui tentent de lui faire cracher des aveux de culpabilité, ce qui l’ébranle visiblement, elle tient ferme et ses explications sont convaincantes.

Première étape, elle vient à Lausanne dans le cadre de ses études de droit, afin d’y faire son doctorat à 50%, ce qui lui permet de maintenir son domicile chez ses parents. Lorsqu’elle se présente aux municipales à Lausanne avec «Le Centre», elle se domicilie dans le canton de Vaud. Après la défaite et ayant terminé ses études à l’UNIL, elle rentre en Suisse allemande, où elle imagine son avenir professionnel. Finalement, elle revient au bord du Léman et parvient à faire basculer la majorité de gauche du Conseil d’Etat vers un équilibre qui n’est pas du goût de tout le monde.

Et le problème est probablement là. Qu’est-ce que c’est que cette gamine à l’accent bourbine, qui se promène avec un Perfecto et qui vient semer la crème dans le sérail politique vaudois? Non mais, pour qui se prend-elle? On va lui montrer!

C’est la RTS qui met le feu aux poudres en révélant le scandale: la grande argentière vaudoise est coupable d’avoir pratiqué le tourisme fiscal. Moi qui croyais que le tourisme fiscal était une activité destinée aux abominables riches, dans l’objectif de réduire une imposition trop lourde. Mais il semble que tout le monde puisse s’y adonner, doctorants à 50% désargentés inclus!

De qui se moque-t-on, franchement? Quelle pauvre image donnez-vous de la politique vaudoise, vous les journalistes qui vous prêtez à ce genre de mascarade, vous les politiciens qui en arrivez à de telles bassesses pour évincer un adversaire qui vous a vaincus à la loyale? On se plaint du manque de relève en politique, mais ce n’est pas en donnant ce genre d’exemple qu’on va l’attirer.

Cessez vos manigances, retroussez vos manches, apprenez à négocier et mettez-vous au travail! C’est pour cela que vous avez été élus, que vous êtes payés, et c’est ainsi que le système a été pensé.

Michel Paschoud

Thèmes associés: Médias - Politique vaudoise

Cet article a été vu 999 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions