Editorial

On n’entend plus parler du local de consommation de drogues, ouvert à Lausanne le 1er octobre 2018 au Vallon, qui devait notamment permettre d’assainir la zone de la Riponne envahie par les toxicomanes, en dirigeant ces derniers vers un espace sécurisé.

Le 3 avril 2022, un article de Lausanne Cités1 attirait l’attention du public sur les dysfonctionnements qui épuisaient le personnel du fameux local – trafic de drogue, accueil de mineurs illégal, une agression au moins, selon plusieurs employés. A la suite de cette publication, la Ville de Lausanne décidait de faire procéder à un audit, dont les résultats devaient être connus avant l’été2.

Il semble que le rapport du «prestataire externe» chargé de fournir «une appréciation neutre et objective des griefs formulés» soit resté confidentiel. En tout cas, j’ai vainement cherché sur internet le «bilan globalement positif» que nous servent habituellement les «experts» dans ce genre de situation.

Un an plus tard, à savoir le 6 avril 2023, la presse annonce que «la Ville ouvrira cet automne un nouvel Espace de consommation sécurisé à la Riponne». Mais, cette fois, les autorités déclarent martialement qu’«aucune consommation ne sera tolérée dans l’espace public et les toilettes». C’était donc toléré jusqu’ici.

Croit-on vraiment chez nos édiles que les «quatre intervenants socio-sanitaires» et l’unique «agent d’accueil et de sécurité» qui seront sur place de 15h.30 à 21h.30 six jours sur sept suffiront à maintenir la discipline?

En fait, on se trouve devant un constat: la politique de la Ville en matière de toxicomanie et le local de consommation du Vallon n’ont pas tenu leurs promesses et constituent un échec retentissant.

Mais les idéologues qui président aux destinées des Lausannois ne sont capables ni de tirer un bilan objectif de leurs actions ni de reconnaître leurs échecs pour en corriger les effets. Ils se contentent de récidiver en espérant contre tout bon sens que ce qui a échoué au Vallon obtiendra des résultats mirobolants à la Riponne.

Que le contribuable lausannois se console toutefois: la nouvelle structure ne lui coûtera que 1,78 million par année.

Mariette Paschoud

 

1 https://www.lausannecites.ch/le-journal/lausanne/le-local-dinjection-du-vallon-fait-lobjet-de-graves-accusations

2 https://www.lematin.ch/story/audit-prevu-sur-le-fonctionnement-du-local-dinjection-254782146430

Thèmes associés: Politique vaudoise

Cet article a été vu 969 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions