Ne dites pas…

A propos d’un ballon chinois espion ou égaré:

Ne dites pas: «Selon des responsables du Pentagone, le ballon était entré dans l’espace aérien américain une première fois le 28 janvier au-dessus de l’Alaska, avant d’entrer au Canada le 30 janvier, puis de re-rentrer dans l’espace aérien américain au niveau de l’Idaho, dans le nord-ouest des Etats-Unis, le 31 janvier, soit mardi.» Dites: «Selon des responsables du Pentagone, le ballon était entré dans l’espace aérien américain une première fois le 28 janvier au-dessus de l’Alaska, avant d’entrer au Canada le 30 janvier, puis de rentrer dans l’espace aérien américain au niveau de l’Idaho, dans le nord-ouest des Etats-Unis, le 31 janvier, soit mardi.»1

A défaut d’être correct, le verbe re-rentrer aurait un sens si l’auteur de l’article cédait à l’insupportable mode qui consiste à faire rentrer des gens ou des objets dans des lieux où ils pénètrent pour la première fois. Mais il n’en est rien, puisque le ballon était préalablement entré dans l’espace aérien américain avant d’entrer au Canada.

On nage dans l’absurdité.

Le pinailleur

 

1 https://www.24heures.ch/la-chine-fustige-lusage-de-la-force-par-les-etats-unis-332378083500

Thèmes associés: Divers - Politique internationale

Cet article a été vu 704 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions