Deux initiatives pour la vie

En janvier 2022 étaient lancées par les milieux conservateurs deux initiatives destinées à limiter dans notre pays le recours à l’avortement: l’initiative «La nuit porte conseil» et l’initiative «Sauver les bébés viables».

Dans le premier cas, il s’agit d’inscrire dans la Constitution un délai de réflexion d’un jour au moins, pour la candidate à l’avortement, après un entretien médical sérieux et la réception d’une documentation d’information sur les solutions de rechange et les aides à disposition. En fait, cette possibilité existe déjà chez les médecins consciencieux, mais elle ne figure pas expressément dans le code pénal, qui stipule simplement que «le médecin doit au préalable s’entretenir lui-même de manière approfondie avec la femme enceinte et la conseiller» (art. 119 al. 2). Dans le second cas, le but est d’interdire le recours à l’avortement lorsque l’enfant à naître est déjà apte à vivre hors du ventre de sa mère avec le secours de la science moderne, comme c’est le cas pour les grands prématurés.

Bien entendu, ces objectifs très modérés, qui devraient sembler de simple bon sens à toute personne dotée d’une cervelle bien faite, font hurler les adeptes de l’avortement entièrement libre jusqu’à la veille de l’accouchement. Pour ces défenseurs du droit inconditionnel à l’avortement, l’élimination du «parasite» sert simplement à protéger la santé de la femme, tout comme le premier ver solitaire ou le premier appendice venu doit être éliminé pour préserver le bon fonctionnement de l’organisme humain.

Nous n’avons pas abordé le sujet de ces initiatives au moment de leur lancement, car l’expérience montre que l’envoi de listes de signatures – il en va différemment de la récolte directe, bien entendu – au début de l’opération est prématuré: beaucoup de gens ont tendance à mettre le document de côté, considérant qu’ils ont bien le temps de signer, puis oublient.

Mais maintenant, le temps presse: le délai de récolte des signatures, validations comprises, tombe le 21 juin. Il faut donc signer maintenant et renvoyer les listes tout de suite, même si elles ne sont que partiellement remplies.

Nos lecteurs trouveront ci-dessous des listes déjà prêtes à imprimer, ce qui leur épargnera la peine d’en chercher sur internet – nos quelques «lecteurs papier» recevront une liste déjà imprimée.

Il faut en être conscient: si on ne met pas le holà aux exigences toujours croissantes des militants du «droit» à l’avortement, il ne s’écoulera pas beaucoup de temps avant que le «droit» à l’infanticide ne soit réclamé, puis obtenu.

M. P.

Télécharger les feuilles de signatures pour les deux initiatives

Thèmes associés: Ethique - Politique fédérale - Société

Cet article a été vu 873 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions