Permis de tuer

«Le Canton facilite l’accès aux interruptions de grossesse», annonçait joyeusement, le 17 novembre, mon quotidien gratuit1, se référant à un communiqué de presse publié par le Bureau d'information et de communication de l'Etat de Vaud2.

En effet, l’Office du médecin cantonal a délivré à la Fondation PROFA – ancien Centre médico-social de Pro Familia – l’autorisation de procéder à des avortements médicamenteux sur des femmes présentant jusqu’à sept semaines d’absence de règles. Le massacre commencera modestement dans trois centres de la Fondation (Yverdon, Morges et Renens) avant de s’étendre à la totalité de ses «consultations de santé sexuelle».

C’est épatant, voyez-vous! Résultat d’une «étroite collaboration entre les groupements de gynécologues vaudois, le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) et la Fondation PROFA», ce permis de tuer attribué à la dernière nommée «vise à faciliter et à améliorer la prise en charge des Vaudoises», car «près de la moitié des IVG dans le canton sont réalisées au CHUV, créant une charge considérable au sein de l’hôpital».

C’est fou, ça! Des médecins, dont une des vocations est d’accompagner des femmes vers un accouchement, participent à ce funeste arrangement! Un hôpital, qu’on croyait naïvement chargé de guérir et de maintenir en vie le plus grand nombre de patients possible, croule sous le poids d’interventions meurtrières, au point qu’il faut trouver d’autres lieux de mise à mort! Hippocrate, au secours!

Par ailleurs, il faudrait, en cas de volonté d’avorter, «réduire les délais entre la décision et la réalisation du procédé» – ah qu’en termes galants ces choses-là sont mises –, «ainsi que le risque de complications».

Il vaut en effet toujours mieux réduire les risques de complications consécutifs à une intervention chirurgicale ou médicamenteuse, quelle qu’elle soit. Mais pourquoi faudrait-il réduire les délais entre la décision d’avorter et le passage à l’acte? Craint-on qu’un temps d’attente ne permette à certaines candidates de changer d’avis?

D’une manière plus générale, estime-t-on au Canton, chez les gynécologues vaudois, au CHUV et à la Fondation PROFA que 11'341 avortements en 2022 sur le plan suisse, sans compter, évidemment, les nombreuses victimes ignorées de la «pilule du lendemain», ce n’est pas assez? Tient-on à ce que le canton de Vaud continue à détenir le record du plus grand nombre d’interventions avec 1595 avortements en 2022?

Ce n’est certainement pas le cas. Tous ces gens croient agir pour le bien des femmes vaudoises en âge de procréer, qui, imbibées de propagande libertaire depuis l’enfance, et persuadées, tout comme leurs partenaires d’ailleurs, que l’important, c’est le sexe, ne voient dans les accidents dus à une mauvaise gestion de leurs rapports sexuels et de leurs moyens contraceptifs qu’une injustice – laquelle doit être réparée par un recours à l’avortement protégé par l’Etat au détriment d’un droit à la vie ringard.

Pour conclure, jetons un coup d’œil aux missions dont se charge la Fondation PROFA3.

Pour commencer:

Présente dans tout le canton de Vaud, la Fondation PROFA contribue au développement de la qualité de la vie affective, relationnelle et sexuelle de toutes les personnes, à chaque étape de leur vie.

Sauf à la première étape…

Et plus loin:

Notre raison d’être
Nous défendons la liberté de choix dans le domaine de l’intimité.

L’intimité des hommes, des femmes, des personnes cis, trans ou non-binaires, des jeunes, des moins jeunes, des couples, des personnes de tous les horizons compose notre quotidien depuis 1966…

Une seule intimité échappe à la sollicitude de la Fondation: celle des embryons.

Avec une telle soumission à la modernité, il est évident que PROFA est un partenaire indispensable pour le Canton.

M. P.

 

1 https://www.20min.ch/fr/story/vaud-le-canton-facilite-lacces-aux-interruptions-de-grossesse-113887962543.

2 https://www.vd.ch/toutes-les-actualites/communiques-de-presse/detail/communique/le-canton-de-vaud-ameliore-lacces-a-linterruption-de-grossesse-medicamenteuse-1700210488.

3 https://www.profa.ch/

Thèmes associés: Ethique - Politique vaudoise

Cet article a été vu 265 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions